Pétition pour la défense des plantes à dérivés hydroxyanthracéniques

Publié le 25.01.2021

Nous vous invitons à partager cette vidéo sur les réseaux sociaux tels que Linkedin et Twitter.
 
 
Comme vous le savez, les Etats membres ont approuvé la proposition de la Commission européenne visant à interdire l’émodine, l’aloe-emodine, et les préparations d’aloe contenant des dérivés hydroxyanthracéniques et à placer sous contrôle communautaire les préparations de plantes à partir de rhubarbe, séné et cascara.
 
Le texte est désormais entre les mains du Parlement européen qui a un droit d’objection. La commission ENVI du Parlement européen votera la semaine prochaine sur le texte.
 
 
Afin que cette pétition soit le plus visible possible, nous vous invitons à la signer et à la diffuser largement.
 
En voici la traduction :
 
Nous défendons la santé naturelle : “Pour l’utilisation de l’Aloe et des autres plantes dans les compléments alimentaires”
 
L’EHPM, La fédération européenne des associations de fabricants de compléments alimentaires, a décidé de défendre la santé naturelle dans l’intérêt des consommateurs européens et des entreprises qui les servent.
 
Pourquoi est-ce que nous agissons maintenant ?
 
Récemment, les Etats membres de l’Union européenne ont approuvé une proposition de la Commission européenne sur l’Aloe et d’autres plantes alimentaires (SANTE/10860/2018rev.1). Si elle est approuvée par le Parlement européen, ce texte interdira l’utilisation de l’Aloe contenant des dérivés hydroxyanthracéniques dans les compléments alimentaires en Europe et, au regard des incertitudes persistantes quant à l’interprétation des autres dispositions du texte, elle menacera l’utilisation d’autres plantes comme la rhubarbe qui ont des propriétés physiologiques reconnues dans l’amélioration de la fonction intestinale, pour de supposées raisons de sécurité.
 
En 2017, un avis de l’autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), a conclu à la persistance d’incertitudes en raison du manque de données scientifiques sur ces plantes. Dans le même temps, la Commission européenne a proposé de les interdire purement et simplement sur la base du principe de précaution. Cependant, de nouvelles études scientifiques confirmant la sécurité de l’Aloe et des autres plantes concernées ont été récemment publiées, mais la Commission européenne a refusé d’accorder davantage de temps à l’EFSA pour que l’autorité puisse évaluer ces nouvelles données.
 
Notre objectif : que les autorités scientifiques puissent bénéficier de davantage de temps afin d’évaluer la sécurité de ces plantes
 
L’EHPM demande que les producteurs bénéficient de davantage de temps pour pouvoir démontrer la sécurité de leurs produits et que l’EFSA ait le temps d’évaluer les récentes publications scientifiques.
 
En conséquence, nous demandons aux députés et citoyens européens de signer cette pétition afin d’appeler la Commission européenne à modifier sa proposition en accordant du temps pour une meilleure évaluation de la sécurité de l’Aloe.
 
En tant que citoyen, vous pouvez signer cette pétition afin que votre voix soit entendue.
En tant que députés européens, vous pouvez soutenir cette pétition en objectant contre la proposition de règlement en plénière ou au sein de la commission ENVI.
 
Rejoignez notre campagne : #WeFightForNaturalHealth
 
Cette proposition européenne porte sévèrement atteinte à l’utilisation pour la santé des substances naturelles et contrevient ainsi au principe du Green Deal Européen. Si le Parlement européen approuve la proposition de la Commission européenne concernant l’Aloe Vera, des milliers d’emplois seront supprimés en Europe et des milliers d’autres à travers le monde se retrouveront sans emploi du fait de la perte des débouchés européens.
 
C’est pourquoi, nous comptons sur l’action du Parlement européen.
 
Nous espérons que de plus en plus d’élus et de parties prenantes nous soutiennent dans ce combat pour la reconnaissance des produits de santé naturelle.
 
Signez notre pétition !

Bien à vous,
 
L'équipe SYNADIET